Comme il ne nous reste que la matinée pour visiter puisque notre avion décolle a 16h donc il faut être là bas a 14h15, et ça tombe bien on a presque tout vu (sauf ces pauvres Vikings, du musée qu'on a pas eu le temps de finir samedi car ça fermait, une pensée émue pour ceux, c'est promis on reviendra les voir...)

Il ne nous reste que THE truc important : The Guinness Storehouse

lun_guinness

Donc, après avoir marché jusque là-bas (et c'est pas tout près !) avec nos sacs et tout le tintouin,

En passant d'ailleurs, vous pourrez remarquer que les Dublinois aiment peindre leurs portes de couleur gaie et surtout différente de celle du voisin !

lun_porte_couleur

Nous commençons notre visite pour savoir comment faire cette petite (mais calorique) merveille des bières (cela dit dans le genre moins épaisse en bouche la kilkenny est très bonne aussi). Mais revenons-en à notre Guinness ; en fait c'est très simple. Il faut 4 ingédients :

- de l'orge :

lun_guinness_barley

- du houblon :

lun_guinness_hops

- des levures :

lun_guinness_yeast

- et de l'eau (potable de préférence !)

Il faut aussi un peu de magie :

lun_guinness_5th_ingredient

et quelques machines...

lun_guinness_machine_2 lun_guinness_machine lun_guinness_machine_3

A vous de jouer !

Pour être sur que c'est bon, on a le droit de gouter un peu...

lun_guinness_tasting_lab

Si c'est bon, on peut stocker (entre temps, il y a eu l'invention des futs en métal)

lun_guinness_tonneaux

A la fin, on peut déguster une bonne pinte a 11h du matin, en profitant de la vue de Dublin.

dim_vue_guinness

Le plus triste, c'était de voir tous ces gens qui laissaient les 3/4 de leur pinte et partaient... Quel gachis !

Malheureusement il se faisait tard et nous avions pour mission de prendre un gros petit déjeuner irlandais avant de partir, ce que nous avons fait. Et nous sommes arrivés bien en avance à l'arrêt du bus pour l'aéroport avec notre ticket tout prêt. Sauf que bah non, pour fêter Pâques, ces crétins n'avaient pas trouvé mieux que de manifester juste 100 mètres avant l'arrêt du bus donc pendant une heure on a regardé notre bus bloqué à 100 mètres de nous pour finir par prendre un taxi avec 4 autres galériens qui regardaient eux aussi leur bus avec beaucoup de tristesse.

Nous sommes arrivés à l'aéroport juste au moment ou ils fermaient l'enregistrement des bagages et nous nous sommes grouillés d'aller au controle. sauf que dans toute cette émotion, ce stress, cette agitation, cette transpiration (au choix), j'avais zappé que j'avais mis ma trousse de toilette dans mon bagage au lieu de celui de Simon et qu'il fallait donc que je l'enregistre...  oups ! D'ou fouille intégrale de mon sac après les rayons X

"excusez-moi mademoiselle, c'est quoi tous ces liquides dans votre sac ? "

"hein ? quoi ? quels liquides ?"

"Bah là, crème shampoing, gel douche..."

ARGHHHHHH

Allez hop, mon shampoing a 14 euros la bouteille poubelle, ma crème hydratante poubelle, ma mousse à boucle poubelle (bon celle là elle était quasi vide donc c'est pas grave). J'ai eu beau supplier, prier (on sait jamais on était encore en irlande je me suis dit pourquoi pas après tout !), invoquer le shamrock et le leprechaun, (j'ai rien pu faire d'autre car c'était une femme malheureusement), rien n'y faisait, impossible de garder mes bouteilles...

MAIS, justement, comme c'était une femme, qui, qui plus est, était noire (rien de raciste mais plutôt qu'elle aussi elle devait avoir du mal a dompter ses cheveux très certainement) elle a pris une pochette plastique et a vidé la moitié de mon shampoing dedans et me l'a donné. Et ça c'est cool. Merci du fond de la kératine pour mes cheveux.